Texte à méditer :  La musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie.  Beethoveen
La flûte

Fermer Historique

Fermer Flûtes traversières

Fermer Autres flûtes

Fermer Facteurs d'hier

Fermer Flûtistes

Fermer Facteurs

Fermer Les traversières

Fermer Technique

Fermer Cours

Fermer Compositeurs

Fermer Partitions livres Cd-dvd

Fermer Forum

Fermer Groupes et ensembles

Divers

Fermer Astuces

Fermer Vocabulaire

Fermer Doigtés

Fermer Editeurs

Fermer Musique

Fermer Blagues

Fermer Pour le fun

Fermer Poésies et Textes

Téléchargements
Moteurs de recherches
Google

Page rank : PageRank service www.visual-pagerank.be/

 

Flûtistes - A - Aitken Robert

Robert AITKEN MORRIS




Il est né le 28 août 1939 à Kentville, N.-É. C'est un flûtiste, compositeur, professeur et chef d'orchestre.

aitken.jpg


Il prend ses premières leçons de piano à l'âge de 4 ans et ses premières leçons de flûte à 7 ans. A l'âge de 14 ans, il devient flûtiste à l'orchestre de l'université d'Acadie au Canada. Il pris des cours avec Nicholas Fiore de 1955 à 1959, et devint flûte solo de l'Orchestre symphonique de Vancouver en 1958-59, il devenait ainsi, à 19 ans, le plus jeune chef de pupitre dans l'histoire de l'orchestre.

En même temps, il suivit les cours de composition de Barbara Pentland à l'Université de la Colombie-Britannique. Après 1959, tout en étudiant la musique électronique avec Myron Schaeffer et la composition avec John Weinzweig à l'Université de Toronto, il participa à plusieurs des festivals de musique de Marlboro (Vermont) et fut deuxième flûte de l'Orchestre symphonique de la SRC de 1960 à 1964 et flûte solo de l'orchestre du Festival de Stratford de 1962 à 1964. Il considère Marcel Moyse, avec qui il étudia de façon intermittente durant neuf ans au Vermont et en Europe, comme son professeur de flûte principal. Il travailla aussi des flûtistes comme Jean-Pierre Rampal (Paris, Nice), Severino Gazzelloni (Rome), André Jaunet (Zurich) et Hubert Barwähser (Amsterdam) au cours d'un séjour qu'il fit en Europe en 1964-65 grâce à une bourse du CAC. A partir de 1960, il a été soliste de presque tous les orchestres symphoniques canadiens.

En 1964, avec sa femme, la pianiste Marion Ross, et la soprano Mary Morrison, Robert AITKEN forma le Lyric Arts Trio. Également flûte solo associé du TS (1965-70), Aitken abandonna ce poste pour se consacrer au récital et à des concerts avec le trio et avec la claveciniste Greta Kraus. Il gagna le troisième prix au premier Concours international de flûte de Paris en 1971 et fut l'un des lauréats du Concours international de flûte pour la musique contemporaine à Royan, France, en 1972.

De 1965 à 1970 Robert AITKEN sera flûtiste soliste à Toronto. Ensuite il sera exclusivement soliste. Il crée aussi de nombreuses oeuvres. De 1986 à 1989 Il devient directeur du programme d'études avancées en musique au "Banff Center" à Alberta. Il est aussi responsable artistique pour les concerts de musique contemporaine à Toronto. Enfin il est directeur de sa propre académie d'été à Shawnigan sur l'île de Vancouver. Depuis 1989 il est professeur de flûte à Fribourg en Allemagne.

Il s'est aussi produit fréquemment en Europe, spécialement en Scandinavie, en Espagne et en Allemagne et, en 1970, a effectué des tournées au Japon, en Thaïlande, à Ceylan et en Inde. En 1970, Aitken créa au Festival Shaw, à Niagara-on-the Lake, la série « Music Today » qu'il dirigea jusqu'en 1972. En 1971, il fonda avec Norma Beecroft les New Music Concerts de Toronto, dont il prit la direction artistique. En 1977, il enregistra au Japon, sur CD Denon (l'un des premiers consacrés à son instrument), l'intégrale des oeuvres pour flûte de Fukushima. La même année, il figura parmi les 12 instrumentistes invités à participer à une série de récitals à l'IRCAM que dirigeait Boulez à Paris. À son programme de pièces pour flûte seule, il inscrivit des oeuvres de Takemitsu, Morthensen, Fukushima, Globokar, Sigurbjörnsson, Y. Matsudaira, Heinz Holliger ainsi que les siennes propres. La série de cinq concerts de musique de chambre, « Flute Through The Ages », qu'il prépara pour le réseau anglais de la SRC en 1982, se vendit en l'espace de cinq jours et remporta le prix de l'Assn canadienne des radiodiffuseurs pour la meilleure émission de musique classique de l'année.

En 1987, aux Tage für Neue Musik à Würsburg, en Allemagne de l'Ouest, il reçu les éloges du critique du Neue Zeitschrift für Musik. L'année suivante, il participa à quatre concerts du Huddersfield Contemporary Music Festival en Angleterre où il exécuta, notamment, le Concerto pour flûte et orchestre de R. Murray Schafer, composé pour lui. Selon le critique Arthur Kaptainis, la sonorité d'Aitken est « claire et directe plutôt que soyeuse », et possède « une qualité expressive qui la distingue nettement du timbre platement anonyme cultivé par la plupart des flûtistes » (Globe and Mail, Toronto, 10 décembre 1983).

AITKEN aborde la composition en s'inspirant de son expérience de soliste, de chambriste et de musicien d'orchestre averti. À sa connaissance étendue et pratique des possibilités des instruments, il ajoute une intuition aiguë de l'art de combiner les sons. Dans une interview accordée à La Scène musicale (juillet-août 1969), il déclarait : « Je compose à l'oreille, et bien que j'apprécie aussi le stimulus intellectuel de l'organisation et que j'en reconnaisse le bien-fondé dans la plupart des cas, si un conflit se présente entre ma conception originale et mon oreille, c'est généralement à cette dernière que je me fie. » Il s'ensuit que les oeuvres postérieures à son Concerto pour 12 instruments solistes et orchestre (1965), de facture néoclassique mais extrêmement libre et personnel sous la plupart de ses aspects, s'adressent directement - sinon de façon conventionnelle - à l'oreille. Dans Kebyar (1971), l'une de plusieurs oeuvres écrites à la suite d'une tournée de quatre mois en Orient en 1970, Aitken va plus loin en confiant des séquences de la partition (où la notation est remplacée par des dessins saisissants) aux seuls interprètes à qui il revient d'improviser dans le sens du titre : une explosion d'activité spontanée. Le Musical Times écrivait que Plainsong (1977) « explore avec art et dans diverses formes mélodiques toute une variété de sonorités obtenues par l'artiste en altérant les doigtés habituels et en chantant pendant qu'il joue » (vol. CXXIII, octobre 1982). En janvier 1989, Aitken fut l'un des 20 compositeurs à figurer dans la série Sound in Silence filmée en Pologne et parrainée par la fondation Louis Vuitton et la SIMC.

Robert AITKEN a enseigné au RCMT (1957-64, 1965-68) et à l'Université de Toronto (1960-64, 1965-75). Il a aussi été professeur (1972-80) à la Shawnigan Summer School of the Arts rebaptisée Johannessen International School of the Arts. En 1981, peu après le changement de nom, Aitken fonda Music at Shawnigan et assuma la direction artistique de ce festival de trois semaines consacré à la pratique avancée de la musique de chambre. Avec le Lyric Arts Trio, il fut artiste résidant en 1971 à l'Université Simon Fraser et en 1976 à l'Université de la Saskatchewan. De 1985 à 1989, il dirigea le programme d'études musicales avancées au CA Banff. En 1986, il enseigna à la Summer School of Young Composers organisée par la Société polonaise de musique contemporaine à Kazimierz Dolny, en Pologne; il y joua aussi en concert des oeuvres contemporaines, dont celles de Beecroft et les siennes propres. Il a été engagé comme artiste résidant pour de courtes périodes et a donné des cours de perfectionnement dans de nombreux pays, dont Cuba, la France, l'Allemagne, la Hongrie, l'Islande, le Mexique, la Norvège, la Pologne, la Suède et les États-Unis.

En 1988, il prit une charge de professeur à la Staatliche Hochschule für Musik de Fribourg, en Allemagne. Au nombre de ses élèves se trouvent Kathryn Cernauskas, Bill McBirnie, Suzanne Shulman et Douglas Stewart. En qualité de dir. artistique des NMC, il a dirigé, à la tête de l'ensemble, beaucoup de musique contemporaine. On l'a vu également au pupitre de l'Orchestre symphonique de Victoria (1989), de l'Orchestre philharmonique de Hamilton (1990) et de l'orchestre réuni pour Music Today au Japon (1983). En 1987, il dirigea la première de Patria I de R. Murray Schafer à la COC. Membre de la LCComp, il a reçu la Canada Music Citation de cet organisme en 1969, et, en 1982, le trophée Wm Harold Moon de la SDE Canada de même que la médaille du canadien de la musique. Aitken est compositeur agréé du Centre de musique canadienne.

Les Oeuvres de Robert AITKEN

  • Aitken, Kebyar, 1973; Shadows II : Lalitá, 1973; Plainsong, 1977
  • Applebaum, Essay, 1970; Algoma Central, 1976
  • Baker, Concerto, 1974
  • Barnes, Nocturne, 1963; Sonate, 1970
  • Bauer, Nocturne, 1981
  • Beecroft, Improvvisazioni Concertanti no 3, 1973; Piece for Bob, 1975; Collage '76, 1976
  • Buczynski, Four Arabesques and a Dance, 1966; Cameo, 1982
  • J. Burke, Escher/Bach, 1985
  • Collier, Waterfront, Night Thoughts, 1970
  • Richard Coulter, Sonatine, 1962
  • John Felice, Pastoral, 1958
  • R. Fleming, Almost Waltz, 1970
  • Freedman, Toccate, 1967; Soliloquy, 1970
  • Hawkins, Trio, 1975
  • O. Joachim, Expansion, 1963
  • Kemp, Two Folksongs, 1957
  • Kenins, Concertante, 1967
  • Morawetz, Suite, 1974
  • Morel, Nuvattuq, 1967
  • Papineau-Couture, Verségères, 1975
  • Pentland, Trance, 1979
  • Schafer, Five Studies on Texts by Prudentius, 1963; The Enchantress, 1972; Concerto pour flûte et orchestre, 1984
  • Symonds, A Small Concerto for Flute and Others, 1971
  • van Dijk, Concertante, 1964
  • Weinzweig, Riffs, 1974
  • Wuensch, Sonatine, 1970; Cameos, 1970
  • Wyre, Snowflake, 1979
  • Zuckert, Little Spanish Dance, 1970

Orchestre

  • Rhapsody : 1961; ms.
  • Concerto : 1965 (Tor 1968); 12 instr sol et orch; Kerby (Caveat) 1974, B&H.
  • Shadows I : Nekuia : 1971 (East Lansing, Mich. 1971); ms.
  • Spectra : 1968 (Tor 1969); 4 ens chamb; Ric 1973.
  • Spiral : 1975; orch moy; ms.

Musique de Chambre

  • Suite : 1960; vn, p; ms.
  • Quatuor : 1961; fl, ht, al, cb; ms.
  • Kebyar : 1971; fl, cl, trb, 2 cb; Sala 1973.
  • Shadows II : Lalitá : 1973; fl, 3 vc, 2 perc, 2 hp; Sala 1976; NMC 001 (NMC).
  • Shadows III : Nira : 1974-76; vn, fl, ht, al, cb, p, clavn; ms.
  • Icicle : 1977; fl; Éd. musicales transatlantiques 1978 (voir DISCOGRAPHIE).
  • Plainsong : 1977; fl;.UE 1980 (voir DISCOGRAPHIE).
  • Folia : 1981; fl, ht, cl, cor, bn; RCI 563 et Centredisques CMC-0482 (York Winds).
  • Aussi Monody (K. Aitken) : 1983; SATB, fl; ms.

Musique Electroacoustique

  • Music : 1963; fl, bande.
  • Music for Hamlet : 1964; bande.
  • Noesis : 1963; bande; Folk FM-3436 (studio de musique électroacoustique de l'Université de Toronto).

Robert AITKEN a aussi participé à des créations d'oeuvres de Beckwith, Garant, Heard, Hodkinson, Jaeger, Laufer, Mather, Pauk, Saint-Marcoux, Tremblay et d'autres (voir Lyric Arts Trio, New Music Concerts) ainsi que des compositeurs étrangers dont Larry Austin, Warren Benson, Attila Bozay, John Cage, Lukas Foss, Haflidi Hallgrimsson, Hikaru Hayashi, Jo Kondo, Nikos Mamangakis, Páll Pálsson, Thorkell Sigurbjörnsson, Atli Sveinsson et Toru Takemitsu.

Source : Encyclopédie Canadienne pour le flûtiste et compositeur Robert Morris AITKEN



L'acheter sur Amazon

L'acheter chez Amazon




Share

Date de création : 25/05/2006 @ 16:43
Dernière modification : 26/11/2010 @ 12:06
Catégorie : Flûtistes
Page lue 7285 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Recherche



Connexion...
 Liste des membres Membres : 486

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 7

Total visites Total visites: 1606893  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 147

Le 06/12/2017 @ 00:04


Infos site
Infos site
Ephéméride
Lundi
11
Décembre 2017

Bonne fête à tous les :
Daniel


C'était aussi un 11 Décembre
1941

L'Allemagne et l'Italie déclarent la guerre aux Etats-Unis.


Né(e) un 11 Décembre 1803
Hector Berlioz


Partenaires



Notre site flute.etoile-b.com est listé dans la catégorie Instruments à vent en cuivre : Flûte traversière de l'annuaire Formation WebRankInfo

 

Accès aux sites

^ Haut ^