La flute traversière

Accueil  News  Liens  Livre d'or  Wallpapers Boutique Musique Cliparts Gifs animés Cartes virtuelles Fonds exclusifs Annuaire
K - Kuhlau Friedrich Daniel Rudolf

Friedrich Daniel Rudolf Kuhlau (1786-1832)

Il est né le 11 septembre 1786 à Uelzen, dans le Nord de l'Allemagne. Il est issu d'une grande famille de musiciens militaires, son grand-père, son oncle et enfin son père. Vers 1796, ils sont installés à Luneburg, il a alors 7 ans. Il perd son oeil droit en faisant une chute dans une rue verglacée. Deux versions des faits existent, la plus populaire veut qu'il se soit blessé dans sa chute par une bouteille qu'il amenait à sa mère, l'autre prétend qu'il se serait blessé en portant le livre de l'organiste de l'église où il chantait. Il reste longtemps alité, on lui met un piano près de son lit, c'est ainsi qu'il prit goût à la musique dit-on. Mais il faisait déjà des arias pour sa soeur, Amélie. Un jour on lui demandait si son accident n'avait pas été un grand malheur pour lui, il répondait : "non, sans cela je ne serais jamais devenu musicien !". L'organiste de Luneburg lui enseigne les rudiments du piano et son père l'initie à la flûte traversière.


kukhau.jpg


Il continue son apprentissage du piano et étudie la composition avec Schwencke, directeur musical à Hambourg. Il réussit son examen de fin de primaire en avril 1802, il a alors 15 ans 1/2. Il ne semble pas avoir reçu d'éducation musicale complète, il est plutôt un autodidacte. Avec ses parents il part pour Hambourg où il restera longtemps. Dès 1802, il envoie ses compositions à la maison d'édition Breitkopf et Härtel à Leipzig, qui les refuse. Kuhlau rencontre Louis Spohr qui deviendra un des plus grands musiciens d'Allemagne avec qui il correspondra quelques temps.

Il quitte Hambourg pour le Danemark où il vit péniblement de son professorat de piano. En 1804, Kuhlau apparait en public comme pianiste et compositeur de trois concerts. Ils seront suivis d'une dizaine d'autres en six ans. Lorsqu'il composait, il créait une variante pour le piano telle que "Auf Hambourg Wohlergehn" (partition perdue). En 1804, il a également fait éditer ses premières compositions. C'étaient des chansons et des compositions pour piano. En 1806, Il crée d'autres partitions pour la Flûte, le piano (des rondos), des airs qui seront toutes éditées.

Pour ne pas faire l'armée, il part à Copenhague. Il reçoit un enseignement plus concret avec C.F.G. Schwencke. Sa connaissance étendue de la musique (Bach, Handel, Mozart) a eu une grande influence sur lui. Hambourg en 1810 est annexé par les Français, voulant éviter d'être enrôlé dans l'armée française, il part au Danemark. Il pretend partir pour faire des concerts. Il change de nom et se fait appeler "Kasper Meier" et vit d'abord à Copenhague. Il apparaît pour la première fois publiquement au Théâtre Royal le 23 janvier 1811, où il a joué son concerto pour piano en do majeur op 7 (composé et exécuté à Hambourg et attribué à l'autre principal compositeur danois de cette époque, Christoph Ernst Friedrich Weyse) et une fresque musicale en quatre parties "L'orage sur la mer" (la mer silencieuse, l'orage s'approche, la pleine manifestation, elle s'affaiblit et le ciel éclaircit, les joyeux marins chantent un chant), hélas, cette fresque ne sera jamais imprimée. Il jouera son concerto en do majeur et le concert en do majeur pour piano de Beethoven qui n'est pas très connu. On l'invite dans les cercles connus comme chez Constantin Brun au manoir de "Sphienholm". Il devient citoyen danois et obtient un travail de musicien à la Chambre Royale en 1813. Il ne touche alors pas de salaire. Il continue de subvenir à ses besoins en donnant des cours de piano. Il écrit des articles sur la musique de l'époque, et publie ses compositions, elles n'ont pas beaucoup de succès. Toutefois Weyse l'admire pour ses improvisations au piano et ses opéras. Il le met au rang de Bach, Haydn, Mozart, Gluck, Schutz.

Kuhlau pour se faire connaître du grand public, tente une Cantate qui sera jouée seulement deux fois en 1814 et en 1816, ce fut un èchec total puis un opéra "Roverborgen" donné au Théâtre Royal le 26 mai 1814 qui connut un succès énorme. Il a été repris chaque année. soit 91 fois jusqu'en 1879. Cela n'a malheureusement pas amélioré sa situation financière, problème présent à chaque instant de sa vie. En 1814 il doit assurer la subsistance de toute sa famille venue le rejoindre d'Allemagne ainsi qu'un cousin violoniste Soren Kuhlau, une cousine et un neveu pianiste Georg Friedrich Kuhlau, qui partira ensuite pour Calcutta où il est devenu directeur de musique. Kuhlau fera sept voyages à l'étranger pendant son séjour au Danemark. Au début, il partait pour donner des concerts, puis plus tard, pour le plaisir surtout et pour découvrir d'autres musiques. Il ira en Suède avec un corniste allemand Johan Christoph Schuncke en 1815. L'année suivant il ira avec une de ses élèves à Hambourg pour une série de concerts. Ils joueront principalement Rovergorgen en mai et en avril 1816. L'opéra est dirigé par Kuhlau lui-même, mais il doit une partie de son succès aux excellents chanteurs de l'Opéra de Hambourg. La soprano Minna Becker, suivra Kuhlau à Copenhague où elle apparaîtra dans plusieurs concerts. Il composera pour elle une scène lyrique dramatique "Eurydice" de Tartarus.

Il est nommé ce même été professeur de chant au Théâtre Royal avec un bon salaire qui mettra fin à sa détresse financière. Mais Kuhlau,mauvais professeur n'aime pas "donner des leçons" car "cela le détourne trop de ses idées musicales". Un vrai désaccord s'établit entre lui et le directeur, Claus Schall. Au bout d'une année Kuhlau abandonne. Ils ne prenaient d'intérêt qu'aux élèves doués comme Frohlich, Gebauer, Horneman, on est alors en 1817. En 1818, compositeur officiel au Théâtre royal, il composera surtout des rondos, des sonates et des variations pour piano, il donnera aussi une place à la flûte traversière en composant de nombreux morceaux pour cet instrument. Il deviendra bientôt un spécialiste de la flûte traversière.

Ces travaux ont toujours soit de grands succès soit de grandes défaites. "Trylleharpen" a seulement été joué trois fois en janvier 1817 et en février 1819. Il compose son troisième opéra, "Elisa". C'est encore un échec pour Kuhlau. En mars 1821 il part pour un voyage qui devait être le plus long de sa vie, deux ans, en fait il restera dix mois. Il traverse Hambourg et reste à Liepzig chez son frère Andréas. propriétaire d'une grande usine de tabac. Kuhlau a également rendu visite pour la première fois à son éditeur, G.C. Härtel. De Leipzig, il est allé à Vienne où il est resté pendant quatre mois, mais il n'est jamais allé en Italie (par manque d'argent sûrement), et il a fait le voyage du retour par Munich, Leipzig, et Hambourg.

A Hambourg, il rencontrera le corniste de St. Petersburg, Joseph Huge, et son fils (également corniste) ils ont donné un concert commun le 2 janvier 1822 à Odense. Kuhlau a également composé un Concertino pour deux cors français, Op.45 pour Gugel et son fils. Un tournant dans la musique dramatique de Kuhlau a été son grand opéra romantique, Lulu. Kuhlau a entrepris un petit voyage en Allemagne à partir d'avril jusqu'à juin de 1823, pour raison familiale. Il travaillera très dur sur cet opéra, il a mis une année à le composer. La première a eu lieu en octobre 1824, et Lulu a été un aussi grand succès que Roverborgen l'avait été précédemment. Il a été joué pendant quarante deux ans. il est sorti du répertoire en 1838 à cause de la chanteuse princiaple qui jouait Sidi.

Il part pour la Suède rendre visite à un baron, reste et devient membre de l'académie royale de musique à Stockholm. Mais son voyage le plus célèbre est celui qu'il fit à Vienne en été de 1825, où il rencontre un de ses plus grands modèles, Ludwig van Beethoven. Il se rencontre le 2 septembre à Baden, au sud de Vienne, où Beethoven vivait alors. Beethoven a composé un chanson avec le nom de Kuhlau : Kühl, lau de nicht. Il s'installe à Lyngby en 1828 et devient ami avec Furstenau.

Il perd ses deux parents en 1830 et en 1831 sa maison brûle ainsi que quelques-uns de ses manuscrits. Certains n'avaient jamais été édités. Il reste longtemps dans la nuit froide seul devant sa maison en feu à attendre et sera gravement malade, il restera un mois à l'hôpital. Il mourra le 12 mars 1832 à Copenhague.

Ses compositions ont apporté une grande contribution au répertoire de la flûte. A cause de cela on l'a nommé le "Beethoven de la flûte".


logo2.jpg



Date de création : 29/05/2006 @ 13:45
Dernière modification : 14/06/2006 @ 15:43
Catégorie : Compositeurs
Page lue 5687 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

up Haut up


Creative Commons License Sous un contrat Creative Commons. Site optimisé pour une résolution d'affichage en 1024 X 768 et + PageRank service www.visual-pagerank.be/
- ETOILE-B.com ETOILEB.com © 2012 -  CNIL 1071344 - Hébergeur : NUXIT -

Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL
Document généré en 0.03 seconde